« Fos-Ostie-Portus : Harbours of the Roman Antiquity », ou en un mot : FosPhora!

L’Empire romain a été le premier organisme qui a fait de la globalisation sa force : globalisation dans la langue, dans les langages de l’architecture, dans la culture ; mais aussi dans la circulation des marchandises et des hommes. Dans ce contexte, il est important de comprendre les systèmes de navigation antique, et surtout de comprendre le fonctionnement des ports de la Méditerranée dans l’Antiquité.

fosphora logo

Fosphora est née pour faire dialoguer deux sites archéologiques éloignés l’un de l’autre, bien différents par l’ampleur des vestiges que l’on en connait, mais qui constituaient tous deux des ports importants de la Méditerranée occidentale implantés en milieu deltaïque. Ostie-Portus, port de la capitale de l’Empire, était le plus grand complexe portuaire du monde antique ; Fos-sur-Mer, Fossae Marianae, avant-port maritime d’Arles, jouait un rôle de premier plan au croisement de plusieurs routes, dont celle qui menait les denrées méditerranéennes, par le Rhône, vers les cantonnements des soldates romains sur le limes.

Fosphora : le projet de recherche

Le projet Fosphora a pour objectif l’étude comparative des structures de ces deux ports qui avaient entre eux des liens commerciaux importants.

L’abondance des sources sur Ostie-Portus en fait un laboratoire pour l’étude des ports antiques. La complexité du port impérial nécessite des recherches pour préciser les circulations en son sein. La richesse documentaire (inscriptions, archives, ruines conséquentes), éclaire les rapports entre la cité d’Ostie et Portus qui en dépend, son rapport avec la Capitale de l’Empire d’une part, et avec les autres ports de la Méditerranée de l’autre. Cependant bien des questions demeurent sur les structures du port et leur fonctionnement.

Carte de l’ancienne côte romaine avec Portus et Ostie*

A Fos, malgré le nombre de vestiges repérés, la topographie du secteur portuaire et le tracé du canal qui le reliait à la ville d’Arles sont très mal définis. Le récolement de la documentation cartographique ancienne et l’analyse des carottes géomorphologiques constituent des préliminaires à l’étude des contextes sous-marins humides et terrestres constitutifs du complexe. La comparaison entre les deux sites a pour ambition d’améliorer nos connaissances sur l’implantation des structures et le fonctionnement des ports dans leur environnement naturel et anthropique. Le monitorage et la valorisation du patrimoine naturel et culturel de ces milieux, par le biais de la formation d’étudiants, de reconstitutions virtuelles, et de présentations muséologiques sont prévus avec les partenaires en charge de la tutelle des lieux. Le projet Fosphora a en effet également pour ambition de créer des liens entre chercheurs et institutions en charge de la préservation du patrimoine culturel et naturel des deux sites de part et d’autre de la Méditerranée.

Fossae-Marianae-plan
Le site portuaire de Fos-sur-Mer (Fossae Marianae)**

Le projet de recherche comporte quatre volets, ou workpackages. Le premier est dédié à la géomorphologie des lieux, avec l’analyse des carottages déjà conduits ou à conduire à Fos et à Portus. Cette première enquête est très liée au second wordpackage : la recherche d’archives et la collation de tous matériaux dans un GIS. Le workpackage 3 est dédié à l’épigraphie, c’est-à-dire, à travers l’étude des inscriptions relatives à Fos et à Portus, à une approche plus fine de la composition et du fonctionnement des deux sociétés portuaires.

Enfin, le workpackage 4 est celui de la «dissémination » : porter au public la connaissance des deux ports et des résultats du projet. Le projet d’une exposition croisée, à l’horizon 2022, entre Portus (Museo delle Navi, Fiumicino) et Fos (Musée départemental Arles antique), dédiée aux ports et aux relations commerciales qu’ils entretenaient est un des objectifs importants du programme. 

Les partenaires du projet Fosphora

Le projet Fosphora voit la participation de beaucoup d’institutions françaises et italiennes : Centre Camille Jullian (Aix-Marseille Université, CNRS) ; CEREGE (Aix Marseille Université, CNRS) ; École Française de Rome ; INRAP (Institut National des recherches archéologiques préventives); Sapienza Università di Roma (Italie) ; University of Southampton (United Kingdom) ; Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines (Marseille) ; Direction du Patrimoine Culturel Istres Ouest Provence (Métropole Aix-Marseille Provence) ; Ipso Facto (Marseille) ; Parco Archeologico di Ostia antica, Roma, (Italie) ; Marais du Vigueirat (Arles).

En février 2020, avant le déclenchement de la pandémie, les deux équipes de recherche se sont réunies à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence) pour une première rencontre opérationnelle. Ce fut un grand moment de dialogue et de discussion sur les thèmes du projet et sur les modalités et les délais d’exécution. C’était surtout une belle opportunité de rencontre humaine entre des personnes de différents pays, mais unies par l’intérêt pour la recherche archéologique.

Deux moments de la première rencontre des deux équipes, celle de Fos et celle de Portus : Aix-en-Provence, 20 février 2020

A bientôt !

L’équipe de Fosphora

*Keay S., Paroli L. (ed.), Portus and its hinterland: recent archaeological research, London 2011

**Fontaine S., El Amouri M., Marty F., Rousse C., à paraitre: The submerged monumental complex of the Roman Harbour of Fossae Marianae (Gulf of Fos, South of France): an overview of the first results. International Journal of Nautical Archaeology, Honor Frost International Conference (Chypre 2018) Proceeding, à paraitre 2019


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search