Arts et sciences au service de demain (témoignage)

Cher journal,

Je suis étudiant depuis maintenant 5 ans, mes études touchent à leur fin et bientôt j’entamerai ma première recherche d’emploi. Je dois avouer que cette entreprise m’effraie… Trouver un boulot en temps normal c’est pas facile mais en période de crise sanitaire c’est bien pire… On est passé en 2021 et y aura pas pire que le premier confinement mais je déprime un peu mais je sais que je ne suis pas le seul… Enfin c’est ce que j’ai vu à la télé l’autre jour. Du coup je me suis dit que voir comment les autres vivaient cette période pouvait m’aider à sortir de ma morosité.

J’ai donc fait quelques recherches et je suis tombé sur un site fait pour moi. C’est le site du festival du Jeu de l’Oie ou festival des sciences sociales et des arts. Cette année le sujet de ce festival c’était : le confinement. On a donc accès à des projets de chercheurs en sciences sociales et d’artistes autour du confinement.  Et franchement…c’est vraiment sympa. Y a des projets qui m’ont vraiment marqué d’ailleurs.

Le premier c’est une vidéo qui présente le projet de collecte participative du MUCEM. Il a été lancé pendant le premier confinement et le but était de collecter des objets ou documents qui incarnaient le quotidien des confinés (nous). Il y a eu un appel au don sur les réseaux sociaux et 600 objets collectés. Suite à cela il y a une étude menée par le MUCEM et l’institut Somum. Sous l’œil du sociologue et de l’anthropologue, ces objets deviennent les signes des temps que nous vivons et expliquent un peu plus ce qu’est une crise. On peut consulter les objets et on voit que tout le monde n’a pas vécu la même chose.

La madeleine m’a tellement fait rire et elle est si révélatrice !

La balançoire est très intéressante, elle montre aussi l’envie de sortir l’envie de jouer en plein air d’autant plus quand on vit en appartement et qu’une simple balançoire devient objet de rêve… D’ailleurs cet objet est analysé dans la vidéo et c’est super intéressant.

Le deuxième c’est le projet Pandemia. Le nom fait peur mais c’est une série de photos prisent par le photographe Graziano Arici. Ce qui est beau c’est le fait que cette collection de photo soit née de l’impossibilité de se déplacer, ce qui la rend unique et très forte. Les clichés en noir et blanc retranscrivent parfaitement ce que je ressentais et voir que je n’étais véritablement pas seul m’a fait du bien je crois.

Cette image pourtant si sombre m’a fait chaud au cœur…

A la suite de cette série de photos, je me suis demandé comment le monde de l’art avait géré cette crise et comment négocier avec la fermeture des lieux d’exposition. Et justement Sylvia Girel, une sociologue nous expose tout ça dans une vidéo et présente en prime le rôle et l’impact d’internet pour faire perdurer l’art contemporain au temps du confinement. D’ailleurs, cette vidéo est présentée avec une image qui montre une œuvre d’art que je trouve géniale !

© Nicolas Marquet

Je trouve ça si fort! L’image de l’isolement dans ce milieu totalement clos dont on ne semble pas pouvoir sortir. Mais également la symbolique de la bouteille, qui plus est à côté de la mer, qui montre la détresse, l’appel au secours de celui qui est enfermé. Cette image résume tout c’est assez incroyable.

Je n’ai pas encore tout regardé mais j’y retournerai et dans plus de 20 articles je verrai certainement l’avenir différemment.

Alexandre Pomazanoff

Etudiant en Master 2 Médiation Scientifique en Environnement – Aix-Marseille Université – Stagiaire en médiation scientifique au sein de la Fondation A*Midex

Crédits image mise en avant : Photo by Rohan Makhecha on Unsplash


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search