À la recherche de Fos sur Mer antique

Le complexe constitué par Arles et son avant-port maritime fut un des grands ports de la Méditerranée occidentale durant l’Empire romain.

Mais on savait jusqu’à présent fort peu de choses de Fos antique, idéalement situé au carrefour de la route maritime reliant l’Italie et l’Espagne et de l’axe fluvial Rhône-Saône-Rhin, tête de pont de la principale voie de pénétration vers les provinces septentrionales de l’Empire.

01- carte delta fred

1) Restitution du paléo-rivage et de l’espace deltaïque rhodanien pour la période romaine (DAO F. Marty d’après C. Vella).

Fos a été reconnue tout d’abord sur les itinéraires antiques, comme la carte de Peutinger sur laquelle il est illustré par une vignette figurant des entrepôts en forme de fer à cheval surmontés de la mention des fossae marianae. Ce canal, creusé par les troupes du général romain Caius Marius, à la fin du IIe siècle avant J.-C., est à l’origine du nom actuel de la ville de Fos-sur-Mer.

Les recherches archéologiques ont cependant démontré que l’essor du port se place plus tard, aux alentours de 20 av. J.-C., alors que l’empereur Auguste entreprenait une profonde réforme territoriale et politique. Le projet conçu par l’administration impériale avait pour objectif de faciliter les échanges économiques entre la Méditerranée et les cités établies à proximité de l’axe rhodanien et, au-delà, d’assurer le ravitaillement des camps militaires de Germanie et de Bretagne (l’actuelle Angleterre), où l’Empire cherchait à consolider son implantation. Cette vitalité économique et commerciale ne faiblit pas jusqu’aux alentours de 230 après J.-C.

02- Peutinger Fos retouché restauré red

2) Le port de Fos sur la table de Peutinger (facsimilé K. Miller 1887)

Fos : la lente structuration des recherches archéologiques

Les vestiges, mentionnés par les érudits et les plongeurs depuis le XIXe siècle au moins, sont dispersés au fond du golfe de Fos et au niveau de la pointe de Saint-Gervais. Pendant des dizaines d’années, le mythe de la pêche miraculeuse aux amphores s’est ancré dans l’imaginaire fosséen. Les associations locales et les archéologues ont réalisé des prospections et des fouilles sous-marines, constituant ainsi de riches collections de mobilier. Pourtant, aucune construction n’est plus visible, l’essentiel se trouvant immergé sous quelques mètres d’eau.

Depuis 2014, une équipe pluridisciplinaire composée de plus d’une quarantaine de chercheurs issus d’institutions variées est réunie dans un programme collectif intitulé « Fossae marianae : le système portuaire antique du golfe de Fos et le canal de Marius ». Il a pour objectif l’étude de la documentation ancienne, des collections, et le développement de recherches paléo-environnementales, historiques et archéologiques, aussi bien à terre qu’en mer.

03 - Fos (ph Diot)009

3) Retour de la pêche aux amphores vers 1955-57 à Saint-Gervais (Ville d’Avignon – Palais du Roure – Fondation Flandreysy Espérandieu).

Fos : un complexe monumental submergé

Au centre de l’anse Saint-Gervais, par 3 à 5 mètres de profondeur, des prospections acoustiques réalisées en 2014 et 2015, suivies de sondages sous-marins, ont mis en lumière l’existence de constructions conservées sur une grande surface. Certaines avaient été repérées dès 1964 et partiellement relevées dans les années 1980, mais comme aucune vision d’ensemble ne pouvait être obtenue avec les moyens alors disponibles, la cohérence de cet ensemble monumental était passée inaperçue.

Fig 1 plan Cavaou copie

4) Secteur Saint-Gervais. Localisation des sites et des structures connus en 2018 (SIG Fossae Mariane, export 2018, DAO S. Fontaine).

Au moins deux grandes structures (A et B) sont désormais reconnues. La première forme un bâtiment carré de près de 100 m de côté dont l’architecture révèle deux techniques de construction. Le mur nord, doté de contreforts, est constitué de moellons liés au mortier, tandis que les trois autres côtés emploient des blocs de taille de très grande dimension, non liés au mortier mais comportant des traces de scellement. L’étude indique qu’il s’agit bien d’un ouvrage à l’origine construit à terre, dans un environnement humide. Sa fonction n’est pas encore établie avec certitude. Il pourrait s’agir, sous toute réserve, d’un entrepôt de stockage.

06 - FOS2017-L-Damelet_MG_0013

6) Fos-sur-Mer, anse Saint-Gervais. Fouille de la structure A (Cliché L. Damelet , CNRS/CCJ. Fouille MoMArch DRASSM-AMU 2017) (3. FOS2017-L-Damelet_MG_0013)

La structure B est un alignement d’axe nord-sud d’au moins douze piliers espacés les uns des autres d’environ 4 à 5 m et formés d’un empilement de grands blocs de taille dont le module moyen mesure 1 x 1,5 m. Cet ouvrage de 100 m de long est situé le plus au large et son extrémité sud n’est distante que de 60 et 80 m des épaves Saint-Gervais 1 et 3. Malgré un état d’arasement prononcé, on suppose que l’on est en présence des fondations d’un quai sur piles s’avançant dans la mer. Au pied de cet aménagement, de nombreux fragments d’amphores, datés du Ier au IIIe siècle, témoignent du trafic portuaire. On a aussi découvert, contre un pilier, une monnaie en or frappée à Rome sous le règne de Titus (en 80 ou 81 ap. J.-Ch.) en l’honneur de Domitien et perdue accidentellement.

ST_B_Ortho_Sondage_2017_SF

7) Structure B, planimétrie par orthoimage (acquisition photo L. Damelet, traitement photogrammétrique L. Borel, Dao S. Fontaine).

Fos: des découvertes à réinterpréter

À l’ouest de ce complexe, par 3 à 4 m de fond, les prospections sous-marines engagées par la DRASM (Ministère de la Culture) de 1975 à 1977 ont révélé plus de 35 stèles et autels funéraires, ainsi, semble-t-il, que quelques sarcophages, dans un secteur s’étendant sur environ 370 m de long. Ces éléments funéraires sont stylistiquement datables des Ier et IIe s. ap. J.-C., voire du IIIe s. pour l’une des stèles. Si leur nombre est susceptible d’indiquer la présence d’une nécropole, l’absence, pour l’instant, de sépulture associée et l’emploi de stèles comparables dans plusieurs des aménagements antiques submergés du secteur laissent encore ouverte l’interprétation du gisement.

08_ autel red

8) Remontée d’un autel à bord de l’Archéonaute en 1975 (cl. Ministère de la Culture/Drassm).

Enfin, sur la plage du Cavaou, deux très grands bâtiments repérés par photographie aérienne (entre 105 et 110 m de long sur 37 m de large) consistent pour chacun en 6 alignements de blocs de pierre de taille, d’environ 0,80 m de côté, fondés sur des massif maçonnés. L’identification proposée par les fouilleurs au début des années 1990 sous le nom de navalia, des hangars pour la construction et la réparation de navires civils, n’est pas suffisamment étayée pour être adoptée.

Navalia = Cavaou

9) Vue aérienne des hangars du Cavaou en 1964 (cliché L. Monguilan / Ministère de la Culture / DRASSM, ARN01_20131325742MY).

Le projet Fosphora est l’occasion de poursuivre les recherches sur Fos en le reliant à un autre port de l’ancienne Méditerranée: Portus, le grand port de la Rome impériale. Dans le prochain article, nous présenterons Portus.

Pour en savoir plus : 
S. Fontaine, M. El Amouri, F. Marty, C. Rousse et coll., Fossae Marianae, le système portuaire antique du Golfe de Fos et le canal de Marius : un état des connaissances archéologiques, RAN, 52, 2019 [2020], 9-146.

S. Fontaine, M. El Amouri, F. Marty, C. Rousse, The Submerged Monumental Complex of the Roman Harbour of Fossae Marianae, Gulf of Fos, France : an overview of preliminary results, in: Demesticha, S. and Blue, L. (eds) Under the Mediterranean I. Studies in Maritime Archaeology, Leiden: Sidestone Press, 2020, p. 175-188.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search