A la découverte de Portus, le grand port de la Rome impériale

Après avoir présenté le port de Fossae Marianae (Fos-sur-Mer) dans l’article précédent, découvrons l’autre port romain qui fait partie du projet Fosphora.

A la découverte de Portus, le grand port de la Rome impériale

Portus est le grand port de la Rome impériale, le plus important de la Méditerranée. Il fait l’objet de recherches internationales, menées notamment par l’École Française de Rome et la British Scool of Rome – Université de Southampton, partenaires du projet Fosphora. La zone archéologique des ports de Claude et Trajan fait partie du Parc Archéologique d’Ostie antique (Ministère italien de la Culture).

La zone archéologique de Portus dans la ville de Fiumicino

Sous le règne de Claude (Ier siècle ap. J.-C.), il devenait plus que nécessaire de doter Rome d’un grand port capable de satisfaire les exigences de la capitale de l’Empire et de son million d’habitants. Le port de Puteoli (Pozzuoli, en Campanie) était trop loin, et le port d’Ostie, trop petit, ne présentait pas le tirant d’eau nécessaire à l’accueil des navires de haute-mer. Claude fit aménager un port artificiel au nord de l’embouchure du Tibre, un grand bassin dont aujourd’hui le long môle nord a été identifié près de l’aéroport de Fiumicino, tandis que le môle sud est connu essentiellement par des carottages, alors que la position précise de l’île portant le phare n’a pas encore été identifiée. La côte a avancé de 4 km pendant la période médiévale et moderne et il est donc aujourd’hui très difficile de faire comprendre aux visiteurs que, lorsque nous parcourons la zone archéologique de Portus, nous sommes à l’intérieur d’un port, et de leur permettre de réaliser où se trouvaient respectivement la mer et les canaux. Il est également bien difficile de prendre conscience de la taille impressionnante des installations de stockage et des autres infrastructures qui desservaient le grand port. Ce complexe portuaire a eu une très longue vie et a subi d’incessantes modifications. Dès le début du IIe siècle, l’empereur Trajan agrandit le port en créant un bassin hexagonal interne de 33 hectares qui permettait l’amarrage des navires protégés des vents violents de la mer Tyrrhénienne.

Portus: réconstrution (University of Southampton)

Portus : une visite virtuelle du grand port de la Rome impériale

Ci-dessous, nous avons un bref aperçu des monuments qui composent aujourd’hui la zone archéologique de Portus. Seule une partie du complexe appartient à l’Etat, le bassin de Trajan étant propriété privée.

Portus, la « Strada colonnata »

Le Portique de Claude et la « Strada Colonnata » sont la zone la plus spectaculaire de Portus pour le visiteur qui déambule entre ces grandes colonnes de travertin à bossage. Dans la première phase du port, il faut imaginer la dimension scénographique de la colonnade du portique que pouvaient admirer tous les voyageurs qui arrivaient par la mer. Les entrepôts dits de Trajan (dont le plan d’ensemble avait en fait été conçu dès l’époque claudienne) donnaient sur le portique de Claude et constituaient un immense complexe de stockage en communication étroite avec le chenal d’entrée du bassin de Trajan et avec les canaux reliant le Tibre.

Portus, les entrepôts dits de Trajan

La Darse, devenue aujourd’hui un grand étang, formait un bassin interne. On remarquera la forte présence de la nature dans ce contexte archéologique : l’histoire très particulière de cette zone en a fait un lieu où la nature a gagné de l’espace en recouvrant et submergeant les structures archéologiques. Aujourd’hui, les aspects naturalistes et archéologiques coexistent dans un équilibre très délicat.

Portus, la Darse

À la fin de l’Antiquité, l’activité portuaire perdit de plus en plus d’importance. Portus fut entouré de murs et une agglomération se développa autour de la basilique paléochrétienne, un monument important qui nous montre un aspect de Portus que les autres édifices ne documentent pas :  l’espace de la ville à l’époque médiévale.

Portus, la basilique paléochrétienne

Les entrepôts dits Sévériens constituaient à l’époque antique un autre grand complexe de stockage. Un côté de ce complexe surplombe le bassin hexagonal, c’est aujourd’hui le seul point de vue, depuis la zone archéologique,  sur le bassin de Trajan.

Portus, les entrepôts dits Sévériens

Le môle de la Lanterne est l’un des deux quais relatifs à la  navigation intérieure du port, avec le môle nord-sud. Le môle nord-sud avait notamment pour fonction de protéger des vagues les navires et les zones de chargement et de déchargement.

Portus, Le môle de la Lanterne

Enfin, ce que les archéologues ont appelé le Palais impérial est un grand complexe qui s’élève entre le bassin de Claude et celui de Trajan. L’accès en est actuellement interdit au public, mais il sera très prochainement l’objet de travaux de restauration, puis inclus dans l’itinéraire de la visite. L’imposante terrasse, qui, selon les reconstitutions, devait supporter une colonnade, constituait la façade monumentale du Palais pour ceux qui arrivaient du côté du bassin claudien. Le complexe est divisé en une série de salles souterraines et de tunnels. Au-dessus, se trouvait le « palais », vraisemblablement une série de bâtiments à fonction administrative. Il y avait aussi une citerne d’eau douce, un petit amphithéâtre, et enfin le grand complexe des Navalia pour l’entretien des bateaux. Découvert lors de fouilles à la fin du XIXe siècle, l’ensemble a été l’objet de nouvelles fouilles au cours de ces dernières années. Les projets d’aménagement conduits actuellement par le Parc archéologique d’Ostie antique sont nombreux : construction d’une billetterie et de dépôts pour le matériel ; restauration de la « Strada colonnata » et, prochainement, du « palais impérial » et des entrepôts sévériens.

Portus, un secteur du Palais Impérial

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search