A la recherche du canal de Marius: un possible tracé dans la réserve naturelle nationale des Marais du Vigueirat

Comme nous l’avons vu dans un précédent billet, le port antique de Fos était relié au Rhône par un canal de navigation, les fossae marianae. Des recherches en cours tentent d’en localiser le tracé.

La localisation du canal de Marius et sa liaison avec le complexe portuaire antique de Fos-sur-Mer, avant-port maritime d’Arles, sont depuis le XIXe s. au cœur des recherches sur le secteur oriental du delta du Rhône. Selon les sources antiques, C. Marius aurait imposé à ses troupes stationnées près d’Arles la réalisation d’un canal destiné à les ravitailler depuis la côte, en contournant le delta et ses dangereuses barres sableuses, périlleuses pour la navigation. L’épisode se situe durant la guerre contre les Cimbres et les Teutons (105-102 av. J.-C.), faisant du canal de Marius l’une des plus anciennes opérations hydrauliques tentées par les Romains, antérieure de près d’un siècle aux canaux développés dans les ports de Rome et à l’échelle de l’empire. Strabon et Plutarque soulignent l’ampleur de l’ouvrage qui offrait, en dérivant les eaux du Rhône vers un débouché maritime protégé, un tirant d’eau suffisant pour le passage de grands bateaux. Exploité par les Marseillais, puis probablement la colonie d’Arles, le canal finit par donner son nom au complexe portuaire qui se développe dans la baie de Fos à partir de la fin du Ier s. av. J.-C.

Vue aérienne des marais du Vigueirat (J.-L. Lucchesi / Marais du Vigueirat)

Vue aérienne des marais du Vigueirat (J.-L. Lucchesi / Marais du Vigueirat)

Si les vestiges du port de Fos, identifiés dans l’anse Saint Gervais, commencent à être mieux connus, le tracé du canal pose, lui, toujours question. La mobilité des bras du Rhône, un important recouvrement sédimentaire et les grands travaux d’aménagements industriels compliquent les recherches. Mais la découverte récente du tracé d’un paléo-chenal associé à du mobilier antique, dans le secteur encore préservé des Marais du Vigueirat, à une dizaine de kilomètres en amont de Fos, relance la possibilité d’identifier de possibles traces du fameux canal.

La découverte est due à Otello Badan qui a entrepris, à partir de 2012, de vastes prospections à la tige métallique. Elles révèlent le tracé d’un chenal aujourd’hui disparu, large de 20 à 30 m et suivi sur au moins 8 km, à travers les étangs et la plaine d’inondation du Rhône. Le tracé change d’orientation et forme une large courbe sur son parcours, contournant des anomalies du sous-sol qui pourraient signaler des installations humaines anciennes. Un lot de céramiques daté de la fin du Ier s. av. J.-C. a été découvert à proximité, ainsi que deux pieux en sapin, datés pour l’un entre 21 av. et 134 ap. J.-C. et pour l’autre entre 130 et 325 ap. J.-C., qui suggèrent un possible aménagement des berges dans l’Antiquité.

Carottage morphologique au Marais du Vigueirat

Réalisation d’un carottage en 2020 dans les marais du Vigueirat (L. Roux / AMU – CCJ – CNRS)

Depuis 2017, une équipe d’archéologues, de géophysiciens et de géomorphologues cherche à préciser, avec d’autres méthodes, la forme de ce chenal et à comprendre son éventuelle utilisation. Les prospections géophysiques, réalisées par cartographie magnétique et tomographie de résistivité électrique, ont validé le tracé d’une longue anomalie linéaire correspondant au chenal. En 2020, deux carottages profonds ont été pratiqués pour en étudier le comblement. Ils révèlent la mise en place, au cours du 4e millénaire av. J.-C., d’un paléo-chenal du Rhône, dont l’activité ultérieure est documentée par une sédimentation de sables fins gris et de limons.

Prospections géophysiques et carottages sur le paléo-chenal des marais du Vigueirat (V. Dumas / AMU - CCJ - CNRS)

Prospections géophysiques et carottages sur le paléo-chenal des marais du Vigueirat (V. Dumas / AMU – CCJ – CNRS)

Un second paléo-chenal, comblé d’argiles limoneuses riches en matériaux organiques, lui succède. Une première date obtenue par le radiocarbone fournit une chronologie cohérente avec le creusement et la phase d’utilisation du canal de Marius (147 av. – 67 ap. J.-C.). D’autres analyses seront nécessaires pour confirmer qu’il s’agit bien des Fossae Marianae décrites par les sources antiques et ouvrir, peut-être, un nouveau chapitre des recherches sur le complexe de Fos et sa liaison avec Arles.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search