L’Exposition Fosphora !

Nous avons parlé dans des billets précédents du projet de recherche Fosphora : un projet international et multidisciplinaire, qui a impliqué de nombreux professionnels, experts et chercheurs en archéologie, archéologie sous-marine, géoarchéologie, cartographie historique, archéologie navale et communication. Un projet qui a rassemblé plusieurs équipes françaises, italiennes et britanniques. Une équipe internationale diversifiée qui a travaillé avec beaucoup de ténacité pour obtenir d’excellents résultats, pas seulement dans le domaine de la recherche mais surtout dans celui de la diffusion.

C’est pas du tout utile de faire de la recherche si les résultats ne sont pas renvoyés à la communauté. C’est pourquoi l’un des points du projet FosPhora est consacré à la “Diffusion”, c’est-à-dire aux actions de diffusion auprès de différents types de public à qui l’on peut raconter une histoire. Une histoire, ou plutôt deux.

Oui, car le projet Fosphora s’articule sur deux fronts : d’un côté Fos-sur-mer, le port antique dit Fossae Marianae, à l’embouchure du Rhône ; de l’autre Portus, le grand port de la Rome impériale, à l’embouchure du Tibre.

Les points communs sont nombreux : pour rendre Portus efficace, un canal a été construit à partir du Tibre, la Fossa Traiana, aujourd’hui le canal de Fiumicino, grâce auquel les marchandises arrivant dans le port après avoir traversé la Méditerranée pouvaient affronter la remontée vers Rome sur des barges fluviales, les naves caudicariae, grâce au système du halage, ou remorquage par des bœufs ou des esclaves. Fossae Marianae, en revanche, tire son nom de Caius Marius, le commandant romain qui, à la fin du IIe siècle avant J.-C., fit creuser par ses légions un canal à l’embouchure du Rhône pour permettre aux navires et aux troupes de remonter le fleuve en toute sécurité, en évitant les dangereux étangs marécageux du delta du fleuve : un travail qui s’est avéré fondamental pour la conquête ultérieure de la Gaule par Rome.

Une différence entre les deux ports est que Fos est totalement submergé, alors que Portus, au contraire, s’élève à environ 4 km de la côte actuelle, de sorte que le bassin portuaire est en grande partie enterré et couvert par des mètres de sédiments.

Dans les deux cas, aussi bien à Fos, pour la recherche du Canal de Marius, qu’à Portus, pour la recherche des quais et de l’Ile du Phare, on a eu recours à la géoarchéologie, et en particulier à l’exécution et à l’étude de carottes qui, en pénétrant profondément dans le sol et dans les strates archéologiques et géologiques, ont toujours renvoyé des données très intéressantes pour comprendre la sédimentation et la morphologie des sites.

L’étude de la cartographie historique a également été importante pour mieux comprendre l’évolution du territoire au fil des siècles. L’étude combinée de la cartographie historique et des données obtenues à partir des carottes a permis d’obtenir des résultats importants.

Enfin, les études épigraphiques ont joué un rôle important. Car on peut étudier les infrastructures anciennes, bien sûr, mais si on ne sait pas qui y travaillait, d’où ils venaient et comment ils vivaient, on n’aura fait que la moitié du travail. Les gens créent des lieux, aujourd’hui comme hier. Savoir qui étaient les personnes qui travaillaient dans le port, d’où elles venaient, quelle profession elles exerçaient, quel âge elles avaient lorsqu’elles sont mortes est important pour reconstruire une géographie humaine des ports.

LOCANDINA DEF

 

Le projet FosPhora a recueilli une énorme quantité de données. Des données qui doivent être partagées avec les communautés. Ainsi, le 2 avril, le Musée départemental Arles antique ouvre l’exposition “D’un port à l’autre. Voyage en Méditerranée romaine entre Arles et Rome‘. Il s’agira d’une exposition composée principalement de panneaux et accompagnée d’un catalogue absolument informatif, mais auquel ont contribué de nombreux chercheurs, y compris ceux de grand renom académique, pdour un total de 45 auteurs, signe que l’importance de la diffusion de l’information au public est désormais universellement reconnue à tous les niveaux.

L’exposition d’Arles veut aller un peu plus loin : pas seulement faire connaître le port antique à l’embouchure du Rhône, Fossae Marianae, mais aussi fournir les outils pour faire connaître l’autre port méditerranéen avec lequel Fossae Marianae était certainement lié : Portus, le grand port de la Rome impériale, le port des empereurs, construit par Claude, inauguré par Néron, agrandi et renforcé par Trajan.

L’exposition à Arles sera ouverte du 2 avril au 29 mai 2022. Et ce n’est pas tout, car en octobre 2022, le Museo delle Navi de Fiumicino (Parc archéologique d’Ostia Antica) inaugurera l’exposition “D’un port à l’autre” : ce sera la sœur jumelle de l’exposition d’Arles et donc une occasion de présenter à la communauté italienne et/ou à ceux qui sont géographiquement plus proches de Portus l’actualité de la recherche pas seulement à Fiumicino, mais aussi dans un port de la Gaule romaine inconnu de la plupart, c’est-à-dire Fossae Marianae.



Citer ce billet
marinaloblundo (2022, 24 mars). L’Exposition Fosphora ! L'interdisciplinarité : pourquoi et comment ? Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b1ol

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search