Retour sur le salon Innovative SHS 2019

Salon de la Valorisation en Sciences Humaines et Sociales – Lille, 15 et 16 mai 2019

Une chargée de projet A*Midex testant « Coraulis« , plateforme immersive  visuelle et sonore pour l’architecture et l’aménagement urbain

Créé en 2013 par le CNRS, le salon Innovative SHS, atteste de l’ouverture des laboratoires en SHS vis-à-vis des questions sociétales et leur capacité à répondre aux besoins de la société.

Au cœur de celui-ci, on retrouve les différents types de partenaires impliqués : PME-PMI, associations, collectivités locales, grands groupes industriels ainsi qu’une sélection de projets engagés dans les domaines suivants : santé, numérique, éducation, territoire et patrimoine.

L’un des grands intérêts est de pouvoir rencontrer les acteurs de ces projets, et ce d’autant plus que le salon Innivative SHS met l’accent sur la dynamique de la science collaborative et participative ouverte à tous, hors du cercle académique, qui est particulièrement présente dans le champ des SHS.

Enfin, autour de telles innovations, l’interdisciplinarité, présentée par ses acteurs dans son application concrète, est omniprésente et prend tout son sens.

Un atelier particulièrement marquant :

« Sciences collaboratives et participatives », animé par le LICA – Laboratoire d’Intelligence Collective et Artificielle »

Résumé : Ce focus met l’accent sur le développement d’une pratique de co-construction des savoirs et des connaissances. 

Le Lica, basé à Marseille, promeut la participation des citoyens au débat scientifique en prônant le respect de la diversité des opinions et l’indépendance d’esprit. Dans le cadre de cette table ronde, plusieurs projets créateurs de passerelles entre les citoyens et la recherche étaient présentés au public qui pouvait interagir via l’application Klaxoon.

D’autres outils de médiation étaient mis à disposition pour favoriser les interactions avec le public : 3 animateurs incitaient au débat ensemble et avec ses voisins, et en parallèle, une graphiste transcrivait en dessins et en mots le contenu des échanges. La reformulation des savoirs était au cœur du débat, présentée comme un outil nécessaire pour une médiation réussie entre science et public.

Ce type d’animation, dont l’efficacité a été démontrée ici au sein la communauté scientifique au sens large, pourrait se décliner dans un cercle académique réunissant des horizons scientifiques différents, comme dans le cadre de rencontres interdisciplinaires ou de groupes de travail variés.

En parallèle, citons un autre dispositif citoyen : les boutiques des sciences, regroupées dans le réseau Living Knowledge qui ont pour mission d’ouvrir la recherche aux civils en apportant des réponses scientifiques aux problèmes soumis par les citoyens eux-mêmes.

Focus sur quelques projets innovants

Comment financer la recherche ?

Recueil et partage de données pour faire avancer la connaissance :

  • Projet Patrimoine du Proche Orient : « donner à voir et à comprendre ce que furent les sites et civilisations aujourd’hui attaquées », à l’aide des humanités numériques.

Recueil et partage de données pour aider à la prise de décision politique :

  • Projet KERMAP produire de l’information géographique, modéliser le développement du végétal dans le contexte urbain et anticiper les impacts sur l’environnement.
  • Projet Le Mobiloscope : outil interactif de géo-visualisation des rythmes quotidiens » ou visualiser les variations de populations sociales de 22 villes heure par heure.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search