Le lancement du projet TONGA, ou le départ d’une expédition océanographique

Le projet TONGA porté par Sophie Bonnet1 (Institut Méditerranéen d’Océanologie, M.I.O) et co-porté par Cécile Guieu2 (Laboratoire d’Océanographie de Villefranche, L.O.V ), a été labellisé par la Fondation A*Midex dans le cadre de l’appel « International 2018 ». Démarré en novembre 2019, ce large projet en océanographie fédère plus de 90 scientifiques issus de 14 unités de recherche françaises basées en France métropolitaine ou en Nouvelle Calédonie et de 6 universités étrangères situées aux Etats-Unis, en Australie, aux Émirats Arabes Unis, en Allemagne, au Royaume-Uni et en Israël.

Les objectifs du projet

Ce projet TONGA « shallow hydroThermal sOurces of trace elemeNts: potential impacts on biological productivity and the bioloGicAl carbon pump » a pour objectif d’étudier l’impact des volcans sous-marins peu profonds sur l’activité biologique dans l’océan de surface. Ces volcans émettent des fluides hydrothermaux riches en oligo-éléments, nutritifs ou toxiques, et ont très certainement un impact déterminant sur les communautés biologiques de surface et la capacité de l’océan à piéger du CO2. Le projet a débuté en novembre 2019 avec une expédition océanographique à bord du navire océanographique L’Atalante.

TONGA et l’interdisciplinarité

Le défi de l’équipe scientifique consiste à localiser des volcans actifs peu profonds et à les étudier en détail afin d’élucider le rôle des fluides hydrothermaux émis sur la fertilisation de l’océan de surface en fer, un micronutriment essentiel à la vie. Ce mécanisme pourrait expliquer les efflorescences de plancton observées durant l’été austral sur une région s’étendant de l’Australie à l’Arc des Tonga. Pour cela, l’équipe s’appuie sur des spécialistes de différents domaines, allant de la chimie des éléments traces et la biologie, la géochimie des sources hydrothermales et l’océanographie physique. L’utilisation d’un éventail d’outils complémentaires (sondeur multi-faisceaux, imagerie satellite, capteurs automatisés, robots profileurs in situ, biologie moléculaire, modélisation) a permis l’acquisition en temps réel des paramètres physiques, chimiques et biologiques depuis l’atmosphère jusque dans les sédiments marins, nécessaires pour répondre aux questions scientifiques du projet. Les données sont à présent en cours de traitement et d’analyse, et d’autres continuent d’arriver grâce aux flotteurs profileurs dérivants déployés dans le Pacifique. Une campagne océanographique de récupération d’instruments est prévue en 2020 dans le Pacifique.

Se tenir informé de l’avancée des activités

Les robots déployés durant la campagne servent aussi de support au projet éducatif « Adopt a float », impliquant des scolaires de niveau primaire, collège et lycée. L’activité des scientifiques a été filmée au quotidien durant l’expédition et fera l’objet d’un documentaire. Les avancées du projet peuvent être suivies sur le site web du projet et sur Twitter.

Crédit de la photographie : Photo by Jakob Owens on Unsplash

  1. sophie.bonnet[at]univ-amu.fr []
  2. guieu[at]obs-vlfr.fr []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search