Pourquoi des collaborations entre artistes et scientifiques ? (2/3)

Le 13 décembre 2019, la Fondation A*Midex a organisé la 5e édition des « Rencontres A*Midex » au Fond Régional d’Art Contemporain (FRAC) à Marseille. Cette journée a regroupé de nombreux intervenants d’horizons différents, autour de la thématique suivante : l’interdisciplinarité à l’épreuve des collaborations entre artistes et scientifiques. Les ateliers organisés ont permis d’apporter des réponses à la question : pourquoi les collaborations et selon quels paradigmes ?
La synthèse de l’événement est disponible sur le site web d’Aix-Marseille Université.

Une complémentarité des savoirs

La curiosité peut pousser un chercheur a travaillé avec un artiste, comme l’a expliqué Sandrine Ruitton durant la journée : pourquoi un artiste s’intéresse-t-il à un même objet ? La recherche scientifique pourrait ainsi s’appuyer sur le pouvoir de l’art pour être complétée, prolongée et appuyée par la valorisation d’œuvres auprès d’un public plus large que celui de la science. Cédric Parizot met tout de même en garde : il ne faut pas limiter les échanges arts/sciences à ce seul aspect de valorisation, car la complémentarité est bien plus complexe.

La quête d’une exhaustivité du savoir sur un objet semble davantage l’horizon du chercheur, mais certains artistes se positionnent de la même manière. Cette démarche de l’artiste peut ainsi produire des images, des données qui peuvent revêtir d’autres finalités que celles esthétiques, et être utilisées par les scientifiques. L’artiste Nicolas Floc’h, avec son projet Watercolors, cherche à montrer l’évolution du paysage marin, à mettre des images sur sa détérioration, notamment sur son acidification. Il s’appuie sur un travail documentaire photographique et/ou sculptural de recensement très poussé de formes (récifs sous-marins), de tonalités (couleur de la masse d’eau déterminée en fonction de la valeur du pH). Or la surveillance de la couleur de l’eau, en tant que symptôme de son acidification, représente un enjeu environnemental majeur. Ainsi l’artiste complète en quelque sorte une méthodologie scientifique. Inversement, le travail de scientifiques sur le même objet peuvent contextualiser ses images de paysages.

Crédit de la photographie : Photo by Tobias Keller on Unsplash


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search