Pourquoi des collaborations entre artistes et scientifiques ? (3/3)

Le 13 décembre 2019, la Fondation A*Midex a organisé la 5e édition des « Rencontres A*Midex » au Fond Régional d’Art Contemporain (FRAC) à Marseille. Cette journée a regroupé de nombreux intervenants d’horizons différents, autour de la thématique suivante : l’interdisciplinarité à l’épreuve des collaborations entre artistes et scientifiques. Les ateliers organisés ont permis d’apporter des réponses à la question : pourquoi les collaborations et selon quels paradigmes ?
La synthèse de l’événement est disponible sur le site web d’Aix-Marseille Université.

Des finalités différentes

L’art agit souvent à partir de logiques structurées, de protocoles. Et ces protocoles peuvent être communs à l’artiste et à son interlocuteur scientifique. Cependant, la marge laissée à l’interprétation peut diverger : représenter une réalité à partir de données explicitées, dans le cas d’une recherche scientifique, conduit le récepteur à une interprétation précise, tandis que le sens d’une œuvre artistique laisse davantage de place à l’émotion et à la sensation. Les similitudes justifient des collaborations art et science, mais celles-ci doivent également se nourrir des décalages afin de ne pas aboutir à une perte de qualité et de justesse dans un champ comme dans l’autre.

Les collaborations arts et sciences peuvent ainsi s’appuyer au préalable sur le partage d’un dispositif réflexif, qui permet de comprendre ce que fait l’autre afin d’éprouver ses propres modes d’écritures. Cela permet à l’artiste et au scientifique de prendre du recul par rapport à ses pratiques, de repenser le rapport à l’objet. Bouleverser la forme équivaut à bouleverser la pensée en train de se faire et ainsi à amener de nouveaux questionnements.

Le projet Genèse, une introduction d’Eric Arnal-Burtschy, actuellement en résidence à l’IMéRA, est à la base un projet artistique. Un autre projet scientifique a été mené indépendamment. Puis les deux ont fini par converger en raison de la forme recherchée identique. Pour Eric Arnal-Burtschy, créer un vortex liquide immersif, afin d’offrir une nouvelle expérience de perception de la réalité, nécessite de trouver des solutions techniques semblables à celles que des chercheurs de l’Institut de Recherche sur les Phénomènes Hors Equilibre expérimentent pour reproduire les bandes de Jupiter à une plus grande échelle. Le projet de l’artiste a invité ces derniers à modifier l’échelle de leurs dispositifs et, par conséquent, à innover encore davantage.

Crédit de la photographie ci-dessus : Philippe Passebon, « Eric Arnal Burtschy présentant le projet Génèse, une introduction »

Crédit de la photographie mise en avant : Photo by Reid Zura on Unsplash


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search