Les ressources de la science et de la culture en quelques clics…

Depuis quelques années, un riche écosystème de ressources et résultats scientifiques, toutes disciplines confondues, se construit sur le Web. On parle de Science ouverte, soit une diffusion sans entrave des données de la recherche, via cet environnement numérique. La finalité est d’induire une démocratisation de l’accès aux savoirs, utiles pour la recherche, la formation et la société. Déjà incontournables pour les chercheurs et les étudiants, ils le sont encore plus en cette période de confinement… L’équipe du carnet de recherche de la Fondation A*Midex vous propose un petit récapitulatif, non exhaustif, de tous ces savoirs disponibles, ainsi que des quelques initiatives mises en place sur le Web, en mars-avril 2020, pour palier la fermeture des bibliothèques et autres lieux de culture. Bibliothèques universitaires, associations à but non lucratifs, établissements publics pour la recherche et la formation, mais aussi des initiatives individuelles sur les réseaux sociaux… le champ des possibles est immense car de nombreux acteurs ont décidé de se mobiliser.

Ce qui existe déjà

Pour trouver des informations scientifiques sur le Web, encore faut-il chercher au bon endroit. Et les moteurs de recherche classiques sont souvent trop peu satisfaisants. Il existe cependant des moteurs de recherche « scientifiques », comme les services fournis par Google, Google Scholar et Google Books, ou le portail Isidore qui référence quant à lui des publications en sciences humaines et sociales.

Sinon, il est possible de se rendre directement sur les sites web qui « accueillent » cette science ouverte. Le site d’ « archive ouverte pluridisciplinaire » HAL ainsi que le bibliothèque en ligne Gallica sont incontournables. HAL a l’avantage de classer les publications en fonction des structures de recherche. Ainsi, il est possible de trouver sur une même page les travaux de l’INSERM ou de la Fondation A*Midex par exemple. Gallica offrent un large panel de ressources mais n’est pas unique en son genre. Ils existent de nombreuses bibliothèques en ligne qui proposent des contenus archivistiques numérisés, comme la bibliothèque numérique de l’INHA.

Les blogs scientifiques constituent un autre moyen d’avoir accès à la science en ligne. Ce type de contenu permet de voir la science en train de se faire, avec les scientifiques qui publient régulièrement l’avancée de leur recherche. Il en existe des indépendants, tenus par des chercheurs de manière individuelle ou collective. Par exemple, le physicien David Louapre propose un blog de vulgarisation scientifique. En sciences humaines et sociales, la plateforme hypotheses.org regroupe et héberge de nombreux blogs appelés « Carnets de recherche », ce qui facilite grandement la visibilité et les discussions sur les contenus. La Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) d’Aix-en-Provence propose un portail de tous les carnets des chercheurs membres de la maison.

Il est difficile d’être exhaustif car les contenus scientifiques sur la toile sont toujours plus nombreux. Mais pour finir, il est possible de mentionner des plateformes offrant un grand nombre de publications gratuites comme Open Edition Livres et Revues, ou encore Persée

De nouvelles ressources pendant le confinement

Depuis le 17 mars 2020, des bibliothèques universitaires, des musées, des associations ou encore des grandes institutions de la recherche proposent de multiples initiatives pour que les chercheurs, les étudiants, et le grand public parfois, aient accès à des savoirs en ligne. Les enjeux ? Permettre d’une part la continuité de la recherche et de la formation en cette période de confinement, et d’autre part éviter la désinformation dans ce moment de crise.

Le Consortium unifié des établissements universitaires et de recherche pour l’accès aux publications numériques, dit Couperin.org, propose sur ce site une liste, régulièrement mise à jour, d’éditeurs qui ont facilité l’accès à des ressources, face aux conséquences de la crise sanitaire. Les Bibliothèques Universitaires d’AMU ont aussi recensé des éditeurs qui ont ouvert leurs contenus, ce qui vient compléter l’offre des publications en ligne déjà proposées par les bibliothèques.
Des initiatives similaires ont été prises dans de nombreuses universités en France et dans le monde. Pour ne citer que quelques exemples, la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) propose, de manière dérogatoire, une inscription gratuite pendant 6 semaines pour accéder à sa riche collection électronique. Cette offre concerne les étudiants en Master, les enseignants et les chercheurs. A l’échelle internationale, le réseau des bibliothèques de Montréal offre gratuitement en format numérique un accès à 37 129 livres (en français et en anglais) sur sa plateforme.

Concernant les grandes structures de la recherche en France, le CNRS quant à lui a décidé de donner accès à certaines de ses ressources : il propose par exemple les sept numéros des Carnets de Science, une revue de vulgarisation destinée au grand public, qui proposer des informations scientifiques fiables, en cette période où la société porte une immense attention à la parole des scientifiques. Autre initiative, cette fois-ci dans le monde des archives : l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) a ouvert une nouvelle plateforme, Madelen. Son offre de streaming et de films d’archives se voit ainsi diversifié, avec trois mois d’abonnement gratuits.

Toutes ces institutions liées pour la plupart au monde universitaire se sont donc montrées solidaires, et elles se sont mobilisées en nombre, si bien qu’il est impossible de tout citer. Ainsi, quelque soit la discipline universitaire, l’objet de recherche étudié, il est possible depuis chez soi de trouver de la documentation. Le réseau de solidarité se tisse aussi sur les réseaux sociaux : le groupe la Bibliothèque Solidaire du confinement #BiblioSolidaire permet de demander ou proposer aux membres des ouvrages que vous avez chez vous ou en pdf sur votre ordinateur.

Ces dernières semaines ont donc vu naître un engouement lié à la diffusion des données de la recherche et de la culture en ligne. La preuve en est les très nombreux blog ou web médias qui produisent des articles recensant tous ces sites donnant accès à des livres, du contenu audiovisuel, ou des œuvres d’art gratuitement… comme celui de la Fédération Française des Clubs pour l’Unesco. Voilà donc cet écosystème encore plus riche qu’il ne l’était déjà, avec une intégration plus importante du grand public dans l’accès et la diffusion de ces connaissances. Peut-être peut-on déjà poser la question de sa durabilité : est-ce cette situation exceptionnelle peut mener à un nouveau rapport à ces ressources, c’est à dire un rapport gratuit, rapide et simple à des données scientifiques et culturelles ?

Crédit de la photographie : Photo by Tianyi Ma on Unsplash


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/04/2020

    […] Amidex : recense les ressources scientifiques et universitaires disponibles en ligne gratuitement […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search