WPRN, ou un répertoire international des ressources scientifiques sur les impacts sociétaux du Covid-19

The Worl Pandemic Research Network (WPRN) est une plateforme au service des communautés de recherche. Elle répertorie et tient à jour les ressources scientifiques disponibles sur les impacts sociétaux et humains de la pandémie de Covid-19. La plateforme indique en temps réel qui travaille sur quoi. Elle permet d’identifier les projets déjà à l’œuvre à l’international, d’encourager l’articulation entre les compétences de recherche, mais aussi d’aider au référencement de ces collaborations et de leur suivi. Tous les chercheurs travaillant en ce moment sur ces problématiques peuvent enregistrer leur projet sur WPRN et obtenir un identifiant pour faciliter la collaboration scientifique et la citation. Pour se faire, ils doivent se rendre dans la rubrique « Register your project » du site.

Le communauté scientifique comme le grand public peuvent avoir accès à des fiches de présentation de tous les projet enregistrés sur la plateforme, dans la rubrique « Browse projects ». La mise en avant de ces recherches visent à réfléchir sur la capacité de notre société à répondre aux problèmes médicaux, mais aussi sociaux, politiques, économiques ou culturels… Cette plateforme est donc pluridisciplinaire. Elle concerne beaucoup les sciences humaines, sociales, et de l’économie. Il est aussi question de celles de la santé, comme l’épidémiologie ou la psychiatrie, ou des technologies avancées comme l’informatique. La plateforme propose des recherches avec des filtres pour consulter les projets par disciplines, par thématique ou par pays…

Pour illustrer cette diversité thématique et disciplinaire, il est possible citer en exemple plusieurs projets portés, entièrement ou en partie, par des chercheurs français :
Une étude sur la place occupée par le Coronavirus dans l’espace médiatique français, menée par l’Institut National de l’Audiovisuel (INA)
-Le travail d’une chercheuse d’AMU, en psychologie et sciences cognitives, pour analyser les liens entre le télétravail « forcé » et la santé mentale
-Ou encore, un projet porté en partie par l’INSERM dont le but est l’examen des effets de la distanciation physique et sociale sur la relation au temps, à travers notamment des questionnaires et des tests en psychologie expérimentale effectués dans 15 pays.

Cette plateforme montre bien que cette crise mobilise toute la communauté scientifique et universitaire, et pas seulement les médecins et virologues. Cette pandémie est en effet un objet d’étude pour toutes les sciences parce que les impacts sociétaux qu’elle a engendrée sont nombreux. La Coordination « Crises sanitaires et environnementales – Humanités, sciences sociales, santé publique » (HS3P-CriSE) du CNSR et de l’INSERM vise justement à accompagner l’émergence de ces nouvelles recherches, pour essayer notamment d’éclairer la décision publique dans le contexte actuel, voire sur le long terme.

Crédit de le photographie : Photo by visuals on Unsplash


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search