Des chercheurs d’Aix-Marseille Université présentent notre 6e sens sur ARTE

Dans un documentaire intitulé « Notre véritable 6e sens » diffusé début mai sur la chaîne ARTE, le réalisateur Vincent Amouroux explore la signification de la proprioception, notre sixième sens méconnu mais pourtant indispensable. Il nous permet de garder l’équilibre, de s’orienter dans l’espace et de coordonner nos mouvements. Il est beaucoup plus inconscient que nos cinq autres sens, et c’est pour cette raison que demeure autour de lui une grande part de mystère.

Ce film propose de découvrir les recherches et les avancées les plus récentes menées par les scientifiques sur la proprioception. Le documentaire dévoile au téléspectateur un certains nombre de projets de recherche menées dans plusieurs universités françaises, dont Aix-Marseille Université (AMU). Le tout est ponctué et illustré par les impressionnantes chorégraphies de Yohann Bourgeois, ayant comme mot d’ordre « essayer de tenir debout ».

Des recherches sur la proprioception à AMU

Le film présente d’abord le travail de Fabrice Sarlegna. Ce chercheur à l’Institut des Sciences du Mouvement de Marseille suit depuis une dizaine d’années Ginette, une femme qui a perdu sa proprioception suite à une maladie auto-immune. La pathologie de cette dernière permet d’analyser les mécanismes du 6e sens, dont Ginette est privée. Elle a réalisé une série de tests, montrant qu’elle ne parvient pas à se représenter son corps dans l’espace dès lors qu’elle ne peut pas voir ses membres. En effet, elle a exacerbé un autre sens pour compenser la perte du 6e : la vue.

Au Laboratoire des Neurosciences Sensorielles et Cognitives de Marseille, Edith Ribot-Ciscar est l’une des seuls à étudier la proprioception à travers des critères anatomiques. Elle explique que le corps est équipé de récepteurs sensoriels. La plupart sont dans les muscles et sont activés par le mouvement. Des messages nerveux sont ainsi envoyés au cerveau. Les muscles font une action mais ils renseignent également sur la position du membre qui réalise cette action. Edith Ribot-Ciscar travaille à intercepter ces messages électriques générés par les récepteurs proprioceptifs.

En quoi la proprioception participe à la conception du schéma corporel ? C’est la question que se pose la neuroscientifique Christine Assaiante et son équipe du Laboratoire de Neurosciences cognitives. Elle a réalisé des IRM fonctionnels sur plusieurs personnes (enfant, adolescent, jeune adulte) et observe que les zones de cerveau sollicitées sont plus nombreuses chez l’enfant. Il y a un processus de maturation avant que le cerveau ait toutes les informations nécessaires au schéma corporel. Son équipe travaille aussi avec les pilotes de la patrouille de France, qui développent ce sens pour effectuer des chorégraphies parmi les plus périlleuses au monde. Cela permet de questionner comment les réseaux cérébraux se modifient en fonction de leur expertise, soit leur capacité à imaginer un mouvement, qui normalement est inconsciente. Cette étude est donc centrée sur les interactions entre la proprioception et la projection mentale.

Des études en neurophysique, en biologie et biomécanique

Le documentaire propose aussi de découvrir les recherches menées à Toulouse par Michele Tagliabue. Comment le cerveau coordonne-t-il la vue, l’oreille interne et la proprioception pour contrôler nos moindres mouvements ? Cette question est au centre de son travail. Il est à l’origine d’un protocole assez novateur. Il s’est greffé à une campagne de bed rest : plusieurs personnes sont allongées légèrement inclinées pendant 2 mois. Ces expériences servent à préparer des missions spatiales. Mais généralement, les scientifiques s’intéressent au système cardio-vasculaire, métabolique, respiratoire. Pour la première fois, il propose une étude en neuroscience, pour voir la façon dont le cerveau utilise les informations sensorielles pour se repérer dans l’espace et contrôler le mouvement.

Enfin, Bruno Moulia étudie à l’Université de Clermont Auvergne la proprioception chez le monde végétal. Son hypothèse de départ est que les plantes sont aussi dotées de ce « 6e sens ». Il a mené plusieurs expériences pour la prouver scientifiquement. Par exemple, dans le documentaire, il dépose une plante de manière inclinée dans une grande sphère éclairée de toutes parts. En une journée, la plante se redresse, démontrant ainsi qu’elle n’est pas attiré par la lumière du soleil, contrairement à ce qui est communément admis. Son travail vise alors à déterminer ce sens, et la différencier des autres développés par les végétaux. Bruno Moulia explique que la plante sent la gravité, et qu’en la privant de cela, il serait possible de révéler sa proprioception.

Ce documentaire montre que plusieurs scientifiques se sont emparés de la problématique de la proprioception : en neurosciences, en sciences du mouvement, en neurophysique, en biologie mais aussi en art du spectacle. Cette question est aujourd’hui pluridisciplinaire et en plein développement dans nombreuses universités françaises.

Le documentaire est disponible sur le site d’ARTE jusqu’au 7 juillet 2020 :
Notre véritable 6e sens

Crédit de la photographie : Photo by David Hofmann on Unsplash


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search