Des opportunités d’échanges entre les scientifiques et le public grâce aux « directs scientifiques »

Durant la période de confinement, la communauté scientifique et universitaire n’a cessé de proposer des nouveaux formats pour s’adresser à différents publics, à savoir les chercheurs, les enseignants, les étudiants et le grand public. Des dispositifs scientifiques, culturels, pédagogiques à distance ont été largement utilisés. Ils s’inscrivent dans le mouvement de la science ouverte, c’est-à-dire une diffusion sans entrave des données de la recherche grâce à l’environnement numérique. La Fondation A*Midex a déjà proposé sur le carnet de recherche deux billets qui récapitulent, sans être exhaustif, ces contenus: Les ressources de la science et de la culture en quelques clics et Un accès aux ressources audiovisuelles du monde universitaire en ligne.Un autre cas de figure mérite d’être approfondi car ce phénomène s’est révélé essentiel pendant le confinement, et semble être promis à un riche avenir : ce sont les directs scientifiques.

Le direct sous un nouveau jour pendant le confinement

Les outils « directs » que constitueraient les réseaux sociaux (Twitter, Facebook principalement) sont depuis plusieurs années considérés comme de nouveaux moyens efficaces de communiquer et d’informer un large public sur des thématiques diverses et variées. En témoigne, par exemple, leur utilisation par de nombreux organes médiatiques. La crise sanitaire n’a pas amené sur le devant de la scène cette pratique, mais elle a plutôt permis aux universitaires d’envisager une nouvelle manière de l’appréhender. Il sembleraient que cela a été conditionné par deux facteurs principaux.

Tout d’abord, la communauté scientifique a dressé un constat pendant ce temps de crise : les citoyens ont été les destinataires d’un flot d’informations – des bonnes et des moins pertinentes -, et en grande quantité. Par conséquent, de nombreux acteurs de la science ont essayé d’interpeller la société : il faudrait mettre la culture scientifique au centre des préoccupations1. Elle permet de comprendre les informations qui se disent et se contredisent, et de donner les clés nécessaires aux citoyens pour exercer de manière éclairée leur citoyenneté. Les initiatives de « directs scientifiques » proviennent en effet très fréquemment des professionnels de la médiation scientifique et culturelle, ou de chercheurs sensibles à cette problématique. Leur volonté est de lancer des réflexions de grande ampleur sur la place que la science pourrait occuper dans nos sociétés. Il s’agit alors de repenser les échanges entre les scientifiques et le grand public à travers l’outil numérique.

L’autre facteur se situe dans la continuité de cet objectif d’atteindre le grand public : le numérique offre des opportunités assez uniques de rencontres et d’échanges, pendant que les scientifiques et les acteurs de la culture scientifique étaient confinés. Ils ont donc utilisé les outils numériques pour continuer leurs activités. Ce format, même s’il fait partie intégrante de la culture scientifique depuis de nombreuses années, a été encore davantage utilisé dans les actions menées entre mars et mai 2020. Grâce à leurs Webcams et aux fonctionnalités « direct » sur le Web, les chercheurs et les professionnels de ce secteur ont pu se « retrouver » via l’environnement numérique pour débattre, échanger, réfléchir sur la culture scientifique, le tout devant un public. De conditions inhabituelles ont pu donc naître des opportunités de prise de contact, de rencontres, de découvertes…

Pour continuer sur cette lancée

Dans un article publié sur leur site Web, la communauté de diffusion de culture Scientifique « Sème ta science » explique que la participation active du numérique à la diffusion de la culture scientifique constitue un défi bien réel. Les professionnels ainsi que les chercheurs et les enseignants se mobilisent pour continuer, voire développer, l’utilisation de ces outils offerts par les réseaux sociaux et le Web sous une forme expérimentale alors que le déconfinement se signifie pas un retour à la normale. Par exemple, de nombreux événements culturels et scientifique ont été annulés ou reportés : ceux qui auront lieu dans les mois à venir verront se mettre en place de nombreuses restrictions, surtout en ce qui concerne les jauges autorisées. Le direct semble s’imposer comme une nécessité afin que l’activité scientifique et/ou de vulgarisation continue. Plusieurs « Webinaires » (mot-valise associant les mots web et séminaire) commencent à être organisés ou programmés.

Ou trouver/réaliser ces rencontres scientifiques en direct ?

Comme expliqué précédemment, il est possible de recenser plusieurs initiatives portées par les acteurs de la culture scientifique. Une coopération de plusieurs d’entre eux ont donné lieu à la création d’une plateforme dédiée uniquement à cette programmation en direct, permettant les échanges entre les scientifiques et le grand public : il s’agit de Sciences en Live. Le choix de « Sème ta Science » pour expérimenter ce nouveau format est assez surprenant. Cette communauté a en effet lancé sa propre chaîne sur Twitch, qui est la plus grosse plateforme de livestreaming au monde, initialement dédiée au divertissement et plus précisément aux jeux vidéos. Sinon, les réseaux sociaux Facebook et Twitter, sans oublier Youtube, proposent aussi des live. Par exemple, l’Ecole de la Médiation (EDM) a proposé des directs sur Twitter pendant tout le confinement.

Crédit de la photographie : Photo by Sticker Mule on Unsplash

  1. Exemple : Aurélie Jean dans Le Télégramme []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search